Les spécificités d'un modèle francais de la ville intelligente

23 févr 2018 - 31 août 2019 en cours
Dans le cadre de la mise en action du rapport, et faisant suite à la publication de sa première édition le 3 juillet 2018, nous vous invitons à nourrir la partie "ouverture" du rapport en réagissant à quelques questions clés.

De fait, nous vous invitons à réfléchir à ces questions :

 ·       La France, championne de l’utilisation et de la transformation intelligentes de l'existant (infrastructures, réseaux urbains, rénovation urbaine) face à des modèles de création ex-nihilo de villes intelligentes?

·        La France, championne d’un modèle de ville intelligente portant sur l’optimisation de la mobilité entre les villes et leurs périphéries ?

·        La France, championne d'un modèle de ville intelligente fondée sur les valeurs et idées d’inclusion, de respect des libertés individuelles,  d’équité territoriale et sociale? Comment transcrire ses éléments constitutifs du modèle français dans les projets à l'international tout en reconnaissant et s'enrichissant des pratiques étrangères ?



N'hésitez pas à proposer vos idées, de soutenir et commenter celle des autres. Lisez bien les rubriques "À propos" qui reprend des extraits du rapport sur cette thématique et "Témoignages" présentant certains avis.

C'est à vous !
Statistiques
553 Jours de consultation
12 Participants
7 Contributions
15 Soutiens
413 Visiteurs

Extraits du rapport

Le modèle français s’élabore dans la défense de valeurs qui fondent son rapport aux services publics, à la démocratie locale. Elle se veut centrée sur le social plutôt que sur la technique, sur l’inclusion sociale, sur la négociation d’un nouveau contrat de citoyenneté aux termes duquel ce dernier deviendrait un interlocuteur plus actif et plus responsable du gouvernement de la cité.



Extraits:

« L’une des spécificités françaises, qu’il s’agit évidemment de préserver et sans doute aussi de consolider, tient sans aucun doute au maintien d’un équilibre exigeant entre demande sociale de sécurité et libertés individuelles. De fait, la « Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés », instituée en 1974 comme administration indépendante, est un acteur essentiel de la réponse qu’a trouvé la société française affrontée à ces défis. Avec ses homologues allemande et suédoise, elles ont été maintes fois sources d’inspirations pour de nombreux autres pays ou organisations tels que l’OCDE en 1980, le Conseil de l’Europe en 1981, les Nations Unies en 1990, la Communauté européenne en 1995…
 Elle se trouve également au cœur d’une alliance particulièrement intéressante dans l’espace francophone, alliance incarnée par l’Association Francophone des Autorités de Protection des Données Personnelles (AFAPDP), créée à Montréal en septembre 2007 à l’occasion de la 29ème « Conférence internationale des commissaires à la protection des données et à la vie privée ». Cette association regroupe actuellement dix-huit Etats qui affichent partager « une langue, une tradition juridique et des valeurs communes. »

« Suivant les pays, à défaut d’une vision stratégique globale, l’AFD encourage des projets précis. Cette approche globale prend en compte l’opportunité économique que constituent les nouvelles agglomérations, tout en prévenant les risques d’exclusion sociale et de dégradation de l’environnement. » Yvon Collin et Fabienne Keller, Rapport d’information fait au nom de la commission des finances sur l’aide publique française au développement dans le domaine des projets d’infrastructures et d’urbanisme, 2012 

 
Geoffrey DELCROIX Chargé de mission à la CNIL
 
« Il peut être intéressant d'essayer de positiver l'aspect « protection des données - droits de l'individu - libertés individuelles », pour en faire aussi une spécificité d'un modèle européen ; pas nécessairement dans une logique purement de se dire qu’on va l'exporter au monde entier, mais pour affirmer un certain nombre de spécificités. »
Anne FAURE Chargée de mission au CGET
« Quand on fait un petit peu un parangonnage, notamment des acteurs de la régulation en Europe ou dans les pays de l'OCDE, on voit que nos instances de régulation sont à la fois complémentaires, extrêmement efficaces, et que là-dessus on a un certain nombre de problématiques qui peuvent être tout à fait utiles en termes d'illustration à des partenaires internationaux. »