Les spécificités d'un modèle francais de la ville intelligente

23 févr 2018 - 31 déc 2019 en cours Informations

Ajouter une contribution

Photo de profil

Liste des contributions

Récompenser les habitants participant à la revitalisation de leurs acteurs économiques
93 % des consommateurs aimeraient avoir accès à une information de qualité sur l'offre des commerces de proximité en temps réel (Étude BVA Mappy Web-to-Store 2016).

Une piste pour y parvenir : tous les consommateurs au service de leurs commerces. Avec un principe très simple : le catalogue digital des commerçants de proximité construit par les consommateurs grâce à leurs photos, des réductions sur leurs prochains achat en échange. Un système collaboratif gagnant-gagnant !

Bientôt à Lille : tagether.fr/
La co-construction comme levier d'innovation !
Selon l'Observatoire des partenariats, 76% des maires considèrent que leur territoire est entré dans une dynamique de co-construction, mais 46% d'en eux ne savent pas encore comment la piloter pour à la fois réduire les fragilités et inventer de nouveaux moteurs de croissance & d'emplois.
Pour s'inspirer de l'expérience des territoires pionniers, Le RAMEAU et le CGET propose une plateforme de capitalisation sur la co-construction territoriale : coconstructionterritoriale.wordpress.com/
Un modèle de ville intelligence souhaitable ? la résilience distribuée
L'implication des populations et des parties prenantes à la résilience des territoires devient le nouvel horizon des grands bailleurs de fonds et des organismes internationaux.

Si la luttre contre le dérèglement climatique passe toujours par la réalisation d'infrastructures, digues anti inondation, transports en communs, énergie décarbonnée, la résilience passe aussi par des actions plus horizontales et des changements de comportements.

Les dispositifs collaboratif appuyés sur du numériques nomade sont capables d'aider à imaginer puis co-construire des changements de vie plus résilients pour des villes plus intelligentes.
Centralisation des données tout en respectant et protégeant les données personnelles & la vie privée
L'adhésion aux services proposés par la ville intelligente nécessite de la part des usagers une garantie de confiance dans la protection de leurs données (transport, stockage, manipulation/utilisation, rétention, ...). Le modèle français de ville intelligente doit permettre d'offrir à tous le plus grand nombre de services numériques en i) laissant le choix de fournir (ou pas) des données personnelles en vue d'enrichir les services (par ex. adresses domicile/travail pour les transports) et ii) tout en garantissant la protection des données communiquées et l'absence d'usages tiers à d'autres fins que les services rendus.
Uniformisation de certains services numériques
Toutes les villes ne doivent pas et ne peuvent pas mettre en place les mêmes actions pour aller vers une ville intelligente. Cependant, peut être que la spécificité française (la « french touch ») serait une uniformisation de certains services numériques en lien avec la circulation, la gestion des places de stationnement, la vétusté de certains équipements/canalisations, le patrimoine, la culture ou la gastronomie. Par ailleurs, le modèle français se caractérise par un tissu associatif dense qui pourrait aider à décliner ces services numériques « génériques » en des spécificités locales. Ce serait une façon de conserver les forces et les atouts du modèle français.
De nouveaux modèles de partenariats
Ne pourrait on pas envisager un modèle basé sur un partenariat "intelligent", sincère, bienveillant entre le public, le privé et la population ? Un modèle pensé collectivement mais dans lequel chacun peut défendre son intimité et trouver son intérêt personnel.
Territoire intelligent et ruralité
Le terme de ville intelligent et désormais trop réducteur. Pour sortir de la vision urbaine et métropolitaine et d’une vision clivante avec la ruralité il conviendrait mieux d’évoquer le territoire intelligent. La méthodologie et la démarche demande à être adaptée pour passer d'un modèle intégré très urbain à un modèle plus décentralisé basé sur la coopération et la mutualisation des ressources disponibles sur un territoire. Le modèle français de la ville intelligente pourrait justement être de ne pas se cantonner aux villes.