Vous êtes élu(e) ou technicien(ne) de la fonction publique dans les domaines du numérique et de la ville intelligente

23 févr 2018 - 31 août 2019 en cours
Dans le cadre de la mise en action du rapport, et faisant suite à la publication de sa première édition le 3 juillet 2018, nous vous invitons à nourrir la partie "ouverture" du rapport en réagissant à quelques questions clés.

De fait, nous vous invitons à réfléchir à ces questions : 

·         En tant qu’élu(e) ou technicien(ne)  de la fonction publique comment imaginez-vous une stratégie publique locale de la donnée dans vos expérimentations / stratégies de smart city ? L’avez-vous déjà mise en place ? Qu'en est-il des possibilités de mutualisation et d'interopérabilité des données entre collectivités?  

·         Y a-t-il suffisamment d’outils d’évaluation de la création de valeur des expérimentations smart city à disposition des élus et techniciens? sont-ils suffisamment utilisés ?



N'hésitez pas à proposer vos idées, de soutenir et commenter celle des autres. Lisez bien les rubriques "À propos" qui reprend des extraits du rapport sur cette thématique et "Témoignages" présentant certains avis.

C'est à vous !
Statistiques
553 Jours de consultation
7 Participants
3 Contributions
6 Soutiens
617 Visiteurs

Extraits du rapport

« Si l’informatique de gestion a été l’enjeu de modernisation des collectivités dès la fin des années 1960, avec les années 2000, le sujet principal est celui de la maîtrise des données urbaines. Soit les collectivités seront en mesure de les utiliser afin d’améliorer leurs services aux habitants, soit, comme c’est déjà en train de se mettre en place en maints endroits, ce seront d’autres acteurs, privés dans de nombreux cas, qui s’en empareront et proposeront des solutions, quitte à remettre en question les équilibres territoriaux entre acteurs, voire la notion même de service public.»

« Mame Fatou Sène, Responsable du Système d’Informations Géographiques de la ville de Guédiawaye rappelait qu’« avec la coopération avec la Communauté d’Agglomération de Castres-Mazamet, il s’agit de donner à Guédiawaye une capacité à centraliser ses données. La décentralisation oblige les villes à se doter de nouvelles compétences. A Guédiawaye, commune de banlieue, le Système d’Information Géographique a permis à la collectivité de stocker de façon claire et définitive les informations »
 
Etienne VIGNALI Chargé de mission Développement Durable à la Société Publique Locale Confluence
« On a commencé à travailler avec le Japon sur les données énergétiques et avec une mini plateforme de données à l’échelle du quartier [Confluence]. Ce fut très formateur sur plein d’aspects »
 
Ibrahima SYLLA Maître de conférences à l’Université de Cheikh Anta Diop de Dakar (Sénégal), membre du réseau eAtlas Francophone de l’Afrique de l’Ouest,
« Il faut interroger la place du citoyen, s’interroger sur la création de richesses. La population qui s’approprie ces technologies, ce sont les jeunes. La création de richesses mérite d’être mise en perspective de façon convenable »
 
Cynthia GHORRA-GOBIN Directrice de recherche émérite
« Avec Goldsmith (“The responsive City”), ce n’est pas vraiment la ville intelligente, c’est la “gestion intelligente” des données numériques. Il faut imaginer le data leadership. Qui va l’assurer ? le public ? le privé ? »
 
Karine DOGNIN-SAUZE Élue au Grand Lyon
« Métropole intelligente, c’est une démarche différente, qui s’appuie sur l’innovation, sur les nouvelles technologies, qui s’appuie sur la création de valeur sociale et sociétale. »
 
Emilie GERBAUT Chef de projet Ville intelligente, Direction de l’Innovation et de l’Action Économique, Grand Lyon
« Nous avons porté une attention particulière à la gouvernance. Il a fallu organiser notre monté en compétence avec notre transformation en Métropole. C’est la première collectivité à [avoir] embauché un “Chief Data Officer”».