Les nouvelles formes de gouvernance au sein de la « ville intelligente »

23 févr 2018 - 31 déc 2019 en cours Informations

Ajouter une contribution

Photo de profil

Liste des contributions

Innovation démocratique par la mise en oeuvre de la démocratie liquide à un échelon local
La déresponsabilisation à la fois individuelle et collective des citoyens est une des cause du désintérêt pour notre système politique local. L’innovation que constituerait la démocratie liquide à un échelon local permettrait de faire converger trois systèmes politiques démocratiques :

La démocratie représentative : via la délégation non totale (par domaines) et révocable,
La démocratie directe : chaque citoyen pouvant participer à tout ou partie des décisions locales,
La démocratie participative : la construction et la prise de décision se font par consensus.

L’expérience de Saillans montre que l’implication citoyenne est possible, l’outil numérique doit la pérenniser et la développer.
Massifier l'usage d'outils d'intelligence collective reconnus pour favoriser l'implication citoyenne
LE RESEAU 7 MILLIARDS D’URBANISTES
Déploiement de l’Urbanisme Collaboratif à l’échelle mondiale. Partenariat actif avec ONU-Habitat et World Bank.

POURQUOI ? Le réseau 7MU propose de faciliter l’accès à des outils d’implication citoyenne à grande échelle qui s’avèrent à l’usage autant universels qu’adaptables aux contextes. L’idée proposée ici est que les collectivités territoriales au niveau mondial s’engagent dans des planifications ouvertes et participatives en accord avec le Nouvel Agenda Urbain et les ODD.

CONCRETEMENT ? Ce réseau offrira un accès direct vers les auteurs d'études de cas pour faciliter l'implémentation des projets et le travail de connaissance des chercheurs.
Le choix de la Smart City Humaine !
La « Smart City » ne doit surtout pas être perçu comme une fin en soi, mais plutôt comme un moyen de rendre la ville plus humaine : l’objectif principal de la démarche doit être, selon moi, d’améliorer la qualité de vie des habitants, au service des femmes et des hommes qui vivent la ville au quotidien. Dans un premier temps, chaque Ville doit travailler à devenir une « Smart City » avec la volonté de structurer sa démarche d'abord en interne afin d'infuser sa philosophie et de convaincre élus et agents. L'idée générale doit être d'utiliser la « SmartCity » pour faire de la Ville, un lieu de vie facile à vivre, pratique, économe, écologique, durable...
Les données au coeur de la gouvernance
La ville intelligente peut être une belle opportunité pour associer le citoyen aux décisions concernant la gestion de la ville (démocratie participative). Cela favorisera l’émergence d’idées innovantes basées notamment sur le vécu. En particulier, l’ouverture et la protection des données doivent être au coeur de cette nouvelle gouvernance (open data) tout en fournissant des garanties de protection des données privées.
Comment imaginer une ville intelligente avec la participation des citoyens ?
La ville intelligente (ou plutôt le territoire intelligent) est conçue pour les citoyens. Sa conception doit inclure le citoyen dans la démarche puisque c’est lui qui est la source de données pour la ville intelligente. Cependant, le citoyen ne peut pas rester uniquement une source passive. Le numérique doit inciter le citoyen à participer à sa ville intelligente et lui faciliter l’accès au travers des outils de médiation et de communication comme par exemple les applications citoyennes et les médias sociaux. Les outils numériques peuvent implémenter une nouvelle forme de démocratie participative.
Le territoire intelligent passe par l'intelligence des lieux [2]
Ces lieux peuvent être de natures diverses : lieux de travail partagés, fablab, Espaces Public Numérique, hackerspaces, incubateurs, pépinière etc... Mais au delà de l'existence même de ces lieux il faut que ces lieux communiquent, échangent entre eux, mais aussi bénéficient d'une animation mutualisée et commune, afin que chaque acteur et lieu du territoire enrichisse les autres.
Le territoire intelligent passe par l'intelligence des lieux [1]
Il n’y a pas d’échelle grands petits territoires, le bon territoire est le territoire de projet. Là ou il y a des impulsions, des compétences, et des acteurs publics ou privés, citoyens motivés. Pour favoriser l’émergence, on insistera jamais trop sur le besoin d’animer l’écosystème, et sur la nécessité d’un ou de lieux. L’intelligence c’est à la fois la méthode qui va permettre de concevoir et co-concevoir le design du service mais aussi la rencontre avec un besoin et la qualité de la solution apportée. Pour faire émerger cette intelligence collective il est important d'avoir sur le terrain des lieux de rencontre et d'hybridation des connaissances.
Modèle dusruptif de ville intelligente
Les initiatives portées par le bas méritent d'être pris en compte dans la ville intelligente. Souvent les citoyens à travers les mouvements associatifs et ONG participent à apporter des réponses aux enjeux de la ville intelligente. Au Sénégal, des lieux dédiés à l'innovation et à la fabrication numérique sont favorables à l'inclusion sociale. Les franges des population les plus favorables comme les orphelins sont accompagnées et formées à l'usage du numérique pour leur insertion socioprofessionnelle.
Les habitants devraient participer à la gouvernance à travers le choix de délégués de quartiers
Dans la ville intelligente, ou l’Etat doit jouer un rôle plus important pour accélérer l’adoption des innovations, des principes de l’économie circulaire et du développement durable, l’interaction avec les habitants devrait être forte et permanente. Afin d’atteindre ce but, nous proposons la création des postes des délégués des quartiers. Ces délégués assureront ce rôle nécessaire d’une meilleure interactivité avec les habitants.
Complémentarité concertation physique et numérique
L'écueil principal des concertations effectuées "physiquement" reste le peu de personnes engagées dans ces dispositifs (réunions publiques ou conseils de quartier). Par manque d'intérêt parfois mais très souvent par manque de temps (vie active, obligations familiales...).

La concertation avec des dispositifs numériques permet d'atteindre davantage de personnes peu habituées à prendre part dans les décisions locales (notamment les jeunes). Ceci pour des coûts relativement faibles.

Néanmoins, il faut envisager des dispositifs de gouvernance permettant de faire cohabiter ces deux travaux, qui sont complémentaires.