La « ville intelligente » et l’acteur public de référence

22 févr 2018 - 31 déc 2019 en cours Informations

Ajouter une contribution

Photo de profil

Liste des contributions

Ecologie et liens entre les habitants
Installation d'un poulailler dans chaque groupe d'immeubles.
Les habitants pourraient les nourrir avec les déchets de légumes, ce qui ferait baisser le poids des ordures.
Un cantonnier serait rattaché à leur entretien pour toute la ville
On pourrait aussi remettre en place des jardins partagés.
La Ville, lieu d'échange et de mixité sociale
Une initiative parisienne propose des logements à des étudiants à de faibles loyers en échange de quelques heures d'aide aux devoirs. Je trouve cette initiative intéressante pour recréer des liens et favoriser l'insertion sociale d'étudiants venant souvent d'autres villes ou de campagnes.

Une autre idée serait d'ouvrir les plateaux techniques des CFA (industriels, métiers de bouche...) aux TPE et micro-entrepreneurs. Cela permettrait des échanges plus informels entre étudiants et professionnels et permettraient à ces professionnels qui n'ont pas toujours accès aux dernières innovations de pouvoir utiliser de nouvelles machines.
Des lieux de fabrication numérique pour construire le territoire avec les habitants
L’idée propose d’accompagner l'émergence en proximité d'espace physique avec des lieux de fabrication numérique: fablabs. Le territoire peut être le porteur d’un label pour FAIRE agir ensemble ces différents labfabs. Cf : le modèle développé sur Rennes Métropole avec le LabFab et la vingtaine de fablabs en réseau. Le territoire organise des marathons créatifs sur des politiques publiques (habitats, mobilité, …) mixant des compétences diverses et surtout en associant les habitants dès les premières étapes créatives. Des projets émergent. Tout est documenté et partagé.
L'acteur public doit avoir "la maîtrise" du choix de ses prestataires
La Ville intelligente va dépendre de nombreuses technologies. Notamment une pluralité d'outils connectés fournis par différents prestataires (et pour bon nombre, détenues par des entreprises américaines).
L'acteur public doit rester "maître" du choix de ces technologies et ne pas se retrouver bloqué
Gouvernement ouvert et services publics fondamentaux
La fiscalité française qui assure la gratuité des services publics fondamentaux rend le citoyen propriétaire de sa ville, de son espace public. Le modèle français historique est social en ce qu'il installe une représentativité politique et administrative forte ; il est économique dans la relation de l'Etat avec le capitalisme et dans l'organisation du marché du travail. La Ville Intelligente à la française sait-elle prendre en compte cette histoire sans mettre en danger ce capital social ?