La « ville intelligente » et l’acteur public de référence